Choisir pour Demain

     Nous venons de vivre une campagne des législatives brève après une campagne présidentielle très mouvementée, qui a marqué un tournant dans notre vie politique. Maintenant, il faut continuer à construire pour enfin réformer (et durablement) notre pays.

     Certes, on peut s’interroger sur le bien fondé d’un mandat présidentiel à cinq ans, suivi inéluctablement d’élections législatives qui ne sont que la suite (logique ?) de l’élection présidentielle. Faire de la politique autrement, comme le souhaite notre Président de la République suppose une réforme constitutionnelle. On comprend bien que les citoyens confrontés à un quotidien économiquement difficile, ne fassent pas de l’avènement d’une 6ème République une priorité. Et pourtant, ce sont bien les institutions qui conditionnent le jeu démocratique et il n’est pas certain qu’elles permettent de gouverner au-dessus des contingences de cette bipartition politique imposée par la Vème République et l’élection du Président de la République au suffrage universel.

     Le changement politique est à ce prix. Après on pourra toujours parler du renouvellement de la classe politique et inventer de nouveaux modes de désignation des candidats. On a constaté qu’ils tenaient parfois plus du tirage au sort que d’une véritable investiture politique. Qu’importe, renouveler, rajeunir sont des nécessités, personne ne le niera mais il ne s’agit peut-être pas tant de faire des effets d’annonce et des pirouettes médiatiques que de doter l’Assemblée nationale qui, faut-il le rappeler,  aura la lourde tâche d’accompagner la réforme et de voter la loi, de parlementaires compétents, sérieux et éclairés.

     C’est une majorité plurielle dont nous avons besoin. Une majorité qui respecte les sensibilités de chacun et non pas une assemblée bleue horizon représentative d’un « parti  unique » dispensateur de  « pensée unique ». Car s’il est indispensable que le Président de la République et son Premier ministre puissent s’appuyer sur un parlement qui leur soit majoritairement favorable, la majorité parlementaire doit être à l’image du gouvernement,  c’est-à-dire ouverte, diverse, multiple dans les parcours comme dans  les sensibilités politiques de celles et de ceux qui la composent. Aujourd’hui, il importe de mener les réformes  dont le pays a besoin, des réformes en profondeur et non  des réformettes. Cela nécessite de la volonté politique et non des postures ou des tours de passe-passe cosmétique. Et les parlementaires qui sortiront des urnes devront être à la hauteur, certes le gouvernement trouvera peut-être son compte d’avoir en face de lui  des élus inexpérimentés dépassés par la tâche, mais ce ne sera ni la France, ni la démocratie qui en sortiront grandies.

 

 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS